Aller au contenu principal
Rechercher un produit, une référence,...

La réglementation à savoir pour l’étiquetage du miel

Pour reconnaître un miel de qualité, vérifier que l’on n’a pas affaire à du faux miel, l’astuce numéro 1 consiste à regarder l’étiquette du pot de miel convoité. Si celle-ci a le mérite d’être accrocheuse, il faut aussi qu’elle réponde à la réglementation en vigueur applicable aux denrées alimentaires. Décryptage.
marie-cecile
Rédigé par Marie-Cécile
En savoir plus
Créé le

Les mentions obligatoires sur l’étiquette

La dénomination de vente : il s’agit du type de miel mis en vente : miel de fleurs, miel en brèche, miel de miellat, miel en rayon. La dénomination est différente de l’origine du miel qui, elle, est facultative.

Sur les flacons et pots de miel, toutes les expressions ne sont pas autorisées comme dénomination de vente. Les termes comme miel toutes fleurs, miel mille fleurs, miel crémeux, miel liquide et miel doré ne peuvent être utilisés seuls comme dénomination de vente. En revanche, ils peuvent être employés à titre informatif.

Plusieurs autres expressions sont interdites en vue de la commercialisation du nectar des abeilles parmi lesquelles :

  • Miel naturel, pur miel
  • Miel de pays, miel de terroir
  • Miel à la Gelée Royale ou miel et Gelée Royale : il s’agit d’une préparation à base de miel et de Gelée Royale
  • Miel à la truffe : le miel ne doit pas être additionné de produits alimentaires.
  • Miel de Crête : le pays d’origine n’est pas indiqué. Cette mention relative au pays est obligatoire.
  • Miel de la plage : cette expression traduite de l’italien miele della spiagga, est interdite.
  • Miel d’alvéoles : cette dénomination n’est pas correcte. Il faut employer le terme de miel en rayon.

L’indication de l’origine : « Origine France » « Récolté en France » « Produit en France », « Agriculture France ».

La date de durabilité minimale (DDM) : elle doit être indiquée le plus clairement possible. Elle peut être précédée de la mention : « A consommer de préférence avant » en indiquant le mois et l’année.

Sur l’étiquette doit aussi figurer : le poids net du produit, son prix, le nom ou la raison sociale et l’adresse du fabricant, du conditionneur ou du vendeur, et le numéro du lot de fabrication.

Remarque : pour l’étiquetage des miels bio, il est obligatoire d’ajouter le logo AB Européen. Il est possible en sus d’y afficher le logo AB français.

Les mentions facultatives

L’origine florale ou végétale :

  • Pour un miel monofloral : miel d’acacia, miel de sapin, miel de romarin, miel de châtaignier, miel de manuka…
  • Pour les miels polyfloraux comme le miel de thym et de lavande, l’étiquette peut mentionner la double indication florale ou végétale à condition que les fleurs et végétaux butinés par nos chères abeilles aient la même période de production et la même origine géographique. Auquel cas, l’apiculteur doit indiquer le terme « mélange » sur l’étiquette.

L’origine régionale ou territoriale : la provenance ou la mention liée à une appellation contrôlée (AOP, IGP).

L’origine topographique : miel de forêt, miel de garrigue, miel de montagne

D’autres mentions facultatives peuvent être présentes sur l’étiquette du miel comme la valeur énergétique, la période de récolte, le goût, l’arôme, la texture… : miel liquide, miel crémeux, miel doux, miel de printemps

Pour tout savoir sur la réglementation en matière d’étiquetage lié au miel des abeilles, rendez-vous sur la page du Gouvernement.