Riz au lait à la vanille et au miel d’oranger

Une nouvelle petite douceur en direct de la cuisine de Marie-Cécile !!

Ingrédients (pour 6 verrines)

– 200 g de riz rond

– 1 gousse de vanille

– 100 g de miel d’oranger du Domaine Apicole de Chezelles

– 600 ml  de lait écrémé

Recette :

Dans 1 l d’eau faire cuire votre riz pendant 5 min après ébullition.

Le rincer à l’eau claire et le remettre dans la casserole en ajoutant un peu de lait froid.

Fendre la gousse de vanille en deux et récupérer les grains à l’aide d’un couteau, et l’incorporer à la préparation, ainsi que le miel.

Continuer la cuisson pendant 25 min sans cesser de remuer.

Le riz doit être crémeux.

Les magrets de canard au miel

Encore une idée délicieuse de Marie-Cécile, hmmmmmm !!!

Temps de préparation : 10 minutes

Temps de cuisson : 10 minutes

Ingrédients (pour 4 personnes)

– 4 beaux magrets de canard

– 2 échalotes

– 10 g de beurre

– 1 cuillère à soupe d’huile

– 3 cuillères à soupe de miel du Domaine Apicole de Chezelles

– 2 cuillères à soupe de vinaigre de miel

Recette :

Emincez les échalotes, et faites chauffer l’huile et le beurre dans un faitout. Continuer la lecture de « Les magrets de canard au miel »

Charlotte au pain d’épices

Très friands de desserts et de miel bien sûr, Paulette et Maurice MARY nous font partager une gourmandise qui ravira petits et grands !

30 minutes de préparation.

A préparer 4h avant de servir

Ingrédients (pour 4 personnes)

– 12 tranches de pain d’épices du Domaine Apicole de Chezelles

– 20 cl de lait

– 4 jaunes d’oeufs

– 250 g de crème fraîche

– 55 g de miel toutes fleurs du Domaine Apicole de Chezelles

– 1 cuillère à café de cannelle moulue

– 1 clou de girofle

– 1 râpure de noix de muscade

– 1 étoile d’anis étoilé

– 3 feuilles de gélatine

– 25 cl d’eau

– 125 g de sucre en poudre

– 10 cl de Grand Marnier

Continuer la lecture de « Charlotte au pain d’épices »

Caille rôtie sur tartine de pain d’épices et échalotes confites au miel

1 heure de préparation.

Ingrédients (pour 4 personnes)

• 4 cailles à rôtir
• 8 tranches de pain d’épices du Domaine Apicole de Chezelles
• 8 échalotes
• 20 cl de Madère
• 50 cl d fond de volaille
• 50 g de miel de châtaignier du Domaine Apicole de Chezelles
• 20cl d’huile d’olive
• Sel et poivre
• Papier d’aluminium

• Préchauffez le four à 220°C (th.7).
• Versez un peu d’huile d’olive dans un plat à rôtir. Sur feu vif, faites revenir les cailles sur toutes les faces. Salez, poivrez.
• Dès que les cailles sont bien dorées, mettez-les au four pendant 15 minutes.
• Dans une papillote en papier d’aluminium, enfermez les échalotes avec le mélange d’huile d’olive, de miel, de sel et de poivre. Déposez-les dans le four et faites cuire à 220° (th.7) pendant 30 minutes.
• Sortez les cailles, levez-les par moitié de leur carcasse et recouvrez-les d’un papier d’aluminium. Coupez grossièrement les carcasses. Mettez-les dans un sautoir. Mouillez avec le Madère et couvrez du fond de volaille. Laissez réduire.
• Dans une casserole, passez la sauce au chinois, rectifiez l’assaisonnement si nécessaire.
• Dans une poêle, faites dorer les tranches de pain d’épices avec un peu de beurre. Egouttez-les sur du papier absorbant.
• Sortez les échalotes du four, ouvrez la papillote. Dressez dans une assiette 2 tranches de pain d’épices et posez 1 demie caille sur chacune. Posez 2 échalotes confites à coté et nappez de la sauce obtenue.

Servez !

Nous vous conseillons de déguster ce plat avec un délicieux « Coteaux du languedoc ».

Premières apparitions des Perce-Neige

La neige va bientôt recouvrir les campagnes alentours, propice à de longues balades et à des batailles de boules de neige. En y regardant bien, on pourra aussi trouver ça et là des perce-neige, comme Marie-Cécile lors de sa balade dominicale.

D’ailleurs dit-on « un » perce-neige ou « une » perce-neige ? Les avis sont partagés et l’utilisation des deux genres est tolérée.

Les abeilles en tout cas elles ne se posent pas la question, du moment qu’elles ont de quoi butiner, et c’est le cas avec des perce-neige.

Bien sûr les récoltes sont minuscules et encore faut-il que les abeilles butinent déjà, mais ce premier nectar de la saison leur permet parfois de rédemmarrer le couvain dans la ruche.

Le nectar est très important, d’autant que si toutes les fleurs offrent du pollen, par définition, toutes les fleurs n’offrent pas de nectar.

Essayons de jouer un peu ! Connaissez-vous des fleurs qui n’offrent pas de pollen ?

Oui, il y a la rose. Il existe du miel à la rose, obtenu par macération, mais si vous entendez quelqu’un employer l’expression « miel de rose », ce n’est pas approprié.

Ensuite…. oui il y a le forsythia. Cela dit il y a aussi des fleurs qui sont riches ou très pauvres en nectar selon les variétés. Par exemple, certaines fleurs de pommiers sont très riches, alors que d’autres n’en offrent quasiment pas, tout comme les tournesols.

Parmi les fleurs extrêment riches en nectar, il y a la fleur de molêne, que l’on appelle aussi le bouillon blanc. Ce sont des espèces de longues hampes jaunes que l’on voit au bord des chemins.

Il y a aussi des fleurs riches en nectar auxquelles les abeilles ne peuvent pas accéder. Comme par exemple le buddleia que préfèrent les papillons, ou le lilas. La langue des abeilles est tout simplement trop courte pour arriver au fond des petites fleurs où se trouve le nectar. Les papillons eux sont pourvus d’une langue plus longue.

Il y a des situations parfois amusantes. Par exemple pour certaines fleurs, les abeilles ont besoin de compères. Prenez la tulipe, le resserrement des pétales fait que l’abeille à beaucoup de mal à aller au fond la fleur et d’ailleurs elle ne s’y risque pas. En revanche les gros bourdons de type bombus, arrivent à percer la base des tulipes pour y prélever directement le nectar. Une fois le trou formé, les abeilles, malines, pourront aller s’y goinfrer à leur tour. Le même phénomène se produit avec les grosses pervenches, les violettes, et autres fleurs précoces.

Avec les violettes, la stratégie est perfectionnée. ces magnifiques fleurs regorgent de nectar, mais ce dernier est logé dans le pétale inférieur. En fait, le nectar se trouve dans ce que l’on appelle l’éperon du pétale inférieur. Et pas question pour les abeilles de pouvoir percer cette solide forteresse. Ce sont une fois de plus les gros bourdons qui ouvrent une brêche dans l’éperon, et ainsi ouvrent une voie royale à nos petites amies.

Belle et amusante collaboration !

Repos des abeilles

Quel calme au Domaine Apicole de Chezelles !!!

Pas de bourdonnement à l’horizon, pas de vol en rase motte de nos amies les abeilles….

Normal, c’est la période où elles se reposent le plus. Il faut dire que sa Majesté la Reine ne pond plus depuis un petit bout de temps, il n’y a donc pas de couvin à nourrir.

La ruche est bien protégée par la propolis, et les abeilles d’hiver se contentent de faire « la boule » ou « la grappe » pour maintenir la température de la ruche. Tout cela consomme assez peu d’énergie, une bonne ruche n’a guère besoin que d’un kilo de miel par mois en ce moment. C’est un peu le contraire de nous les humains !

Cela dit, à partir du solstice d’hiver, en décembre, les abeilles noteront que les jours commencent à rallonger à nouveau et elles savent bien qu’au bout de tout ça il y a le printemps, les nouvelles miellées et bien sûr, de nouvelles jeunes abeilles à nourrir.

Toutes ces promesses qui se matérialisent déjà dans la ruche, c’est formidable.

Nous prenons bien soin d’elles bien entendu, même en cette période. Car tout peut arriver, avec les intempéries mais les garçons du Domaine Apicole sont vigiants. Ils multiplient les visites de contrôle, aidés par Paulette et Maurice qui en profitent pour se balader un peu.

Ces messieurs veillent aux conséquences des intempéries ou de grands vents qui auraient pu faire basculer le toit des ruches. Il faut aussi remettre un mélange de miel et de pollen aux abeilles qui se sont fait voler leur miel par d’autres animaux. Et en cas de gel sévère, suivi par un grand soleil, il faut veiller à ce que les abeilles qui s’aventureraient hors de la ruche pour faire « un peu de bronzage », ne se gèlent pas les pattes sur le sol glacial. Pour cela, on place un peu de paille sur le sol, c’est très efficace !

Elles méritent bien un peu de vacances, pour tous les bons produits qu’elles nous offrent.

Charlotte aux marrons du Domaine de Chezelles

Ici au Domaine Apicole de Chezelles, nous adorons la période de Noël ! C est un moment très chaleureux et très convivial où nous adorons déguster des spécialités faites spécialement par Madeleine. Elle a beaucoup de spécialités notre Madeleine mais la charlotte aux marrons, hmmmmmmm, c’est un régal !!!!

A la demande de Marie-Cécile, elle a enfin bien voulu nous révéler sa recette secrète ! nous la partageons donc avec vous.

Pour 8 personnes

Pas de cuisson

12 h d’attente

Ingrédients :

pour la charlotte :

  • 32 boudoirs
  • 1 pot de 200 g de crème de marrons de Collobrières du Domaine Apicole de Chezelles
  • 20 cl de crème liquide
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 4 cuillères à soupe de rhum

pour le coulis de chocolat :

  • 150 g de chocolat amer
  • 20 g de beurre
  • 4 cuillères à soupe d’eau

Faire bouillir 30 cl d’eau et 1 cuillère à soupe de sucre, 3 minutes.

Hors du feu, ajouter le rhum.

Incorporer 5 cuillères à soupe de ce sirop à la crème de marrons.

Bien mélanger pour la rendre fluide.

Fouetter la crème liquide froide en chantilly et ajouter le sucre vanillé.

Incorporer délicatement la chantilly à la crème de marrons.

Tremper les biscuits dans le reste du sirop et tapisser le fond et les bords d’un moule à charlotte.

Remplir de mousse de marrons.

Poser une assiette dessus et placer 12 h au réfrigérateur.

Le lendemain, démouler sur un plat de service.

Servir très froid, avec, à part, le coulis de chocolat.

La Récolte de la Gelée Royale

Vous avez sans doute entendu parler de la revue « Sciences et Avenir » parue dernièrement ?

Départ au rucher

Au Domaine Apicole de Chezelles, tout le monde a parcouru cet article avec grand intérêt. On y parle des vertus des produits de la ruche, de l’abeille, de miel,de pollen, de propolis et de gelée royale. Mais savez-vous comment se récolte la gelée royale ? Continuer la lecture de « La Récolte de la Gelée Royale »

La Bruyère

Et oui, déjà la fin de l’été qui arrive à grands pas… Mais pas tout à fait la fin de la période apicole !

En effet, en ce moment, nos ruches sont sur les bruyères « erica », en Sologne. Si je vous dis la bruyère « erica », c’est parce qu’il existe différentes sortes de bruyères que les abeilles aiment butiner.

Continuer la lecture de « La Bruyère »