Comment se passe la fabrication du miel ?

Portrait Marie-Cécile
Rédigé par Marie-Cécile
Bienvenue au Domaine Apicole de Chezelles !
Fière de l’héritage de nos parents depuis cinq générations qui ont su nous transmettre la passion des abeilles, j’ai grand plaisir aujourd’hui à prendre soin de nos ruches avec nos équipes et je veille personnellement à la préparation de tous nos produits pour en assurer la meilleure qualité. Inspirons-nous de ces merveilleux insectes qui nous protègent !
En savoir plus

Un dicton d’apiculteur : « Vent du Nord-Est pas de miellée, Vent du Nord/Nord-Ouest miellée médiocre, Sud/Sud-Est miel est possible et vent du Sud/Sud-Ouest forte miellée »

Ce dicton montre à quel point les conditions météorologiques interfèrent lors d’une miellée. D’ailleurs, René Robin, dirigeant du Domaine Apicole de Chezelles dans les années 1960, disait “avec un temps orageux, ça miellerait sur des pierres”. Tout cela pour expliquer qu’une forte hygrométrie provoque une montée de nectar dans la fleur. Or le miel provient du nectar rapporté par les abeilles dans leur jabot.

L’histoire de la fabrication du miel

Depuis toujours, l’apiculture a été pratiqué sur tous les continents et de nombreux documents montrent combien cette activité agricole était importante durant la période de la Rome antique où l’on utilisait des ruches en osier ou en liège.

La récolte du miel se faisait alors par pressage des rayons et suite à l’invention de la hausse (étage supplémentaire placé dans la ruche) au XVIIIème siècle, l’exploitation du miel a évolué et est devenue plus intensive, on parle alors d’apiculture moderne.

Le travail des abeilles pour confectionner le miel

Lors de son vol de butinage, l’abeille visite des milliers de fleurs de la même espèce afin de remplir son jabot avec des quantités microscopiques (de l’ordre de 40 à 70 milligrammes) de ces substances sucrées.

Lors de son arrivée à la ruche, la butineuse régurgite le contenu de son jabot dans d’autres jabots qui à leur tour continuent le processus, il s’agit de la prophylaxie.

Au cours de ces opérations, sous l’influence d’un ferment (invertase) contenu dans les glandes salivaires des abeilles, ce nectar va se concentrer, l’eau va s’éliminer et les différents sucres du miel vont se former (glucose, fructose). Ce nectar concentré sera déposé dans les alvéoles où il va continuer à se transformer en miel.

Ensuite les ouvrières vont operculer les alvéoles avec de la cire pour une parfaite conservation du miel.

Le travail de l’apiculteur pour élaborer le miel

Quand les fortes miellées ont lieu, l’apiculteur va déposer sur la ruche une hausse dans laquelle les abeilles vont déposer leur précieux butin.

Lorsque la miellée se termine, l’apiculteur à l’aide d’un fumoir amènera les abeilles à redescendre dans la ruche et ainsi les hausses pleines de miel pourront être ramenées à la miellerie. Les cadres de miel seront désoperculés puis placés dans les extracteurs où la force centrifuge fera éjecter le miel contenu dans les alvéoles.

Le miel sera ensuite filtré pour lui ôter les particules de cire ou autres impuretés existantes puis mis à décanter dans les grandes cuves. Quatre à cinq jours après, le miel sera soutiré puis mis en fûts en attendant la mise en pots.

Le travail commun des abeilles et des apiculteurs pour fabriquer le miel

La fabrication des différents miels d’un domaine apicole est un travail de longue haleine qui nécessite plusieurs milliers d’heures pour les abeilles et une intervention minutieuse de l’apiculteur à chaque étape de la récolte en prenant soin de ne pas perturber les colonies. Il s’agit là d’une véritable coopération. L’homme et l’abeille, deux espèces qui ont de grandes capacités d’adaptation et sans doute de compréhension !

Les étapes de la fabrication du miel

Pour fabriquer leur précieux nectar, les abeilles suivent une route toute tracée où chacune a un rôle précis à jouer. Les butineuses sont les premières de la chaîne de production de miel, elles volent de fleur en fleur pour récolter leur nectar, la flore butinée donnant au futur miel une saveur bien particulière. Ensuite, tout se passe à leur retour dans la ruche au sein de laquelle les abeilles ouvrières vont s’atteler à la fabrication du miel.

Une fois leur travail achevé, c’est à l’apiculteur d’entrer dans la danse en usant de différents outils et techniques. Généralement, la récolte se fait durant la période estivale quand le mercure est au beau fixe. La première étape consiste à l’enfumage des ruches qui permettra à l’apiculteur de travailler tranquillement et de pouvoir extraire les rayons de miel. Il ôtera ensuite les opercules de cire des alvéoles remplies de miel, c’est la désoperculation.

Puis, un appareil appelé extracteur de miel va, comme son nom l’indique, extraire la délicieuse substance de ces rayons qui sera transférée dans un récipient externe. Le miel récolté sera ensuite filtré et débarrassé de toutes ses impuretés.

Après sa filtration, le miel est laissé au repos à une température autour des 20°C pendant plusieurs jours. Durant cette période, les dernières impuretés apparaissent (de l’écume principalement). L’apiculteur effectuera alors un ultime filtrage. Et voilà ! La star des produits de la ruche est prête. Le miel sera conditionné en pot ou en flacon avant d’être commercialisé… et dégusté pour notre plus grand plaisir !

Dans la même thématique


Découvrez nos produits de la ruche
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *