L’histoire du Pain d’épices… Racontée par Marie-Cécile

Portrait Marie-Cécile
Rédigé par Marie-Cécile
Bienvenue au Domaine Apicole de Chezelles !
Fière de l’héritage de nos parents depuis cinq générations qui ont su nous transmettre la passion des abeilles, j’ai grand plaisir aujourd’hui à prendre soin de nos ruches avec nos équipes et je veille personnellement à la préparation de tous nos produits pour en assurer la meilleure qualité. Inspirons-nous de ces merveilleux insectes qui nous protègent !
En savoir plus

pain d'épices moelleux au miel

Cette année au Domaine, nous avons de nouvelles fournées de pain d’épices nature, mais aussi aux figues, aux framboises, à l’orange, et même au rhum et aux raisins. Le pain d’épices, même si on en déguste toute l’année, c’est quand-même à Noël qu’il devient la vraie star et souvent, on se l’offre en cadeau. C’est aussi, il faut le dire, sans doute le produit à base de Miel le plus connu. Je ne sais pas si Saint-Ambroise, patron des apiculteurs, en dégustait déjà (sa fête c’est bientôt, le 7 décembre) mais c’est vraiment une spécialité très ancienne et traditionnelle. Allez, j’ai bien envie de vous raconter toute son histoire, ça vous dit ?

Eh bien, allons-y…
D’abord, il faut savoir que pour nous, le vrai pain d’épices est fait au Miel, bien sûr. Mais dans d’autres pays, il y a des formes plus simples de pain d’épices, moins coûteuses à fabriquer. On y met plutôt du vieux pain et du sucre, et aussi du gingembre, c’est pour cela que les Anglais appellent le pain d’épices « gingerbread », ce qui veut dire pain au gingembre, comme vous le savez. Il en existe aussi à la mélasse ou au sirop de maïs, mais ce n’est vraiment pas la même chose, il faut l’avouer. Ce qui est certain, cela dit, c’est que le pain d’épices a toujours porté chance à quiconque le dégustait. Et aussi qu’il a toujours été sacré et c’est pour cela qu’on le déguste beaucoup à Noël ou à la Saint-Nicolas.

En réalité, si les Anglais l’appellent « pain au gingembre », nous on l’a d’abord appelé « pain de miel », comme le faisaient les nobles chinois qui, dit-on, l’avaient inventé. Les Chinois l’ont ensuite exporté via les troupes de Gengis Khan qui en tiraient leurs forces, et ce sont les croisés qui l’ont découvert ensuite pour nous au Moyen-Orient. Ils l’ont alors rapporté chez nous et zou, c’était parti, succès assuré dans nos campagnes. Au tout début, quand il est arrivé en Europe, le pain d’épices a surtout été la spécialité des moines, qui le fabriquaient et le vendaient à prix d’or. Il est même devenu une vraie monnaie d’échange ! Puis il y a eu plusieurs capitales du pain d’épices, comme l’Alsace, Dijon, Reims, ou… Chezelles (là, je plaisante). Traditionnellement, à Dijon on met du blé alors qu’à Reims, on met du seigle. Et chez nous, beaucoup plus de bon Miel qu’ailleurs (sourire).

Oh et puis vous savez ce que j’adore aussi faire ? C’est prendre une fine tranche de pain d’épices, la passer au toaster, et la déguster avec le foie gras, pendant les fêtes. C’est une idée que j’ai découverte en Alsace.
En tout cas, tout ça c’est très bon mais dans l’Histoire, avec un grand H, le pain d’épices avait aussi d’autres vertus. Par exemple, le médecin du roi Henri IV écrivit que les dames qui mangent régulièrement du pain d’épices « sont rendues belles et ont un beau teint et le corps robuste et succulent » (clin d’oeil et fou rire !) Enfin voilà, le pain d’épices est vraiment une spécialité chargée d’histoires et de saveurs et adorée de presque tout le monde, petits et grands.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *